NOUVEAU ARTICLE DE THIERRY DESRUES DANS L’ANNEE DU MAGHREB

L’Année du Maghreb a publié récemment l’article Le gouvernement Benkirane à mi-mandat : De l’art d’agiter les épouvantails, écrit par le chercheur de l’Institut d’Études Avancées (IESA-CSIC) Thierry Desrues.

Trois ans après sa nomination à la tête du gouvernement par le roi Mohammed  VI, Abdellilah Benkirane, le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD), clame haut et fort dès le mois de janvier 2014 qu’il est décidé à poursuivre sur la voie de la rigueur et des réformes1. Peu lui importe si celles-ci vont à l’encontre des intérêts du parti. Or, certains militants islamistes craignent que cette politique ait un impact négatif sur les résultats des échéances électorales prévues au cours des deux années suivantes. À ces craintes qui s’expriment encore de façon isolée, se joignent des reproches à l’encontre des «renoncements» du Chef du gouvernement, supposés satisfaire les desseins royaux. Dans ces conditions les principales menaces pesant sur le leadership de Benkirane ne proviendraient-elles pas des rangs mêmes du PJD? La tenue au mois d’août 2014 du congrès du Mouvement unicité et réforme (MUR), bras idéologique du parti, est un test pour Abdellilah Benkirane susceptible de déterminer dans quelle mesure il contrôle la mouvance péjidiste.

Cet article s’inscrit dans le cadre des résultats du projet de recherche Jeunesses, changement social, politique et sociétés en réseaux en Méditerranée: le cas des pays du Maghreb, financé par le Secrétariat d’État à la Recherche, le développement et l’innovation du Ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité (CSO2011-29438-C05-04). Visitez le site du projet ici.

Esta entrada fue publicada en Magreb, Politica y etiquetada , , . Guarda el enlace permanente.