THIERRY DESRUES DONNE UNE CONFERENCE A RABAT

L’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique (IURS) organisent, un colloque autour du thème suivant: Bilan  sociologique et changements sociaux au Maroc, le 14 – 15 janvier 2016, auquel seront invités d’éminents chercheurs en sciences sociales au Maroc. Ce colloque a pour objectif  de faire un bilan synthétique et analytique de l’apport des sciences sociales durant ces deux dernières décennies, d’ouvrir un débat interdisciplinaire neuf et critique, à partir de perspectives différentes mais complémentaires, sur les nouvelles dynamiques sociales qui se déploient et se reformulent dans le Maroc d’aujourd’hui.

Thierry Desrues, chercheur de l’Institut d’Études Sociaux Avancées (Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique) présentera une communication dans le colloque. Desrues (avec M. Abderrahim Bentaïbi et M. Noureddine Bahri, qui sont coauteurs de la communication) a intitulé son travail La question du changement social et des technologies de l’information et la communication à partir de l’expérience de trois ONGD marocaines confrontées aux logiques de la communauté locale et des rapports sociaux de sexes.

Cette communication présente les résultats d’un projet de recherche exploratoire portant sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) par trois organisations non gouvernementales (ONGD) marocaines qui interviennent en faveur du développement rural dans un contexte de pauvreté. Ce projet partait de l’hypothèse que la multiplication des ONGD et l’accès aux TICs représentent deux phénomènes qui illustrent les changements qu’a connus le Maroc depuis près de deux décennies. Les ONGDS sont perçues comme un vecteur de changements sociaux à travers leurs interventions auprès des populations. De la même façon, l’accès aux TICs est un vecteur de changement social. Dès lors l’accès des ONGD aux TIC permettrait:

– de briser leur isolement, en favorisant les communications internes et externes;

– de fournir des informations sur les stratégies et les besoins locaux en matière de développement;

– d’obtenir des ressources et d’établir des partenariats ou de sensibiliser les responsables politiques et administratifs;

– de promouvoir la participation des membres et des populations locales.

Toutefois, les TIC sont des ressources ou des instruments qui s’inscrivent dans un ordre social, économique et politique préexistant, il convient donc de vérifier en fonction de chaque situation locale si les reconfigurations induisent et favorisent la reproduction des anciennes positions de pouvoir et d’inégalité ou provoquent au contraire des changements. Dans ce texte on analyse les actions en matière de TIC et de développement menées par les trois ONGD sélectionnées. Ensuite, on approfondit la question de la place des femmes dans les activités, les programmes et les processus de prise de décisions de ces ONGD et en particulier, nous revient sur les opportunités d’autonomisation que les TIC offrent aux femmes.

En conclusion, on présente quelques-unes des possibilités de développement qu’offrent les TIC et certaines limites identifiées, tout spécialement concernant la formation et le genre.

Esta entrada fue publicada en Congresos y conferencias, Magreb y etiquetada , , , . Guarda el enlace permanente.